L'actualité de la santé

Toutes les actualités de la santé en un click

Vitamine D et COVID-19 : la supplémentation présente-t-elle un intérêt ?

Auteur : Stéphane KORSIA-MEFFRE
Date de publication : 26/01/2021
Santé Publique

Depuis le début de la pandémie de COVID-19, des appels s’élèvent pour recommander une supplémentation générale en vitamine D dans un but d’améliorer la protection vis-à-vis de cette infection, voire de réduire le risque de forme sévère. Le 8 janvier 2021, La Revue du Praticien a publié une tribune signée par 73 experts, 5 sociétés savantes et une association, appelant à cette supplémentation dans la population générale, comme chez les personnes atteintes de COVID-19.

En termes de prévention primaire, les méta-analyses d’essais randomisés évaluant l’effet de la vitamine D vis-à-vis des infections respiratoires aiguës montrent un effet protecteur modeste (RR 0,89), plus important chez les personnes en déficit avéré, à condition d’avoir opté pour une supplémentation quotidienne ou hebdomadaire pendant les 12 mois précédents. Il semble donc assez raisonnable de veiller au statut en vitamine D des personnes les plus vulnérables, dans le respect des valeurs de référence habituellement retenues, tant en population générale que chez les personnes à risque d’ostéoporose. Avec, le cas échéant, une supplémentation adéquate pour corriger le déficit.

Concernant la prescription de fortes doses de vitamine D chez les personnes souffrant de COVID-19, y compris celles hospitalisées pour une forme sévère, aucune donnée scientifique de qualité ne justifie cet usage, en dépit des recommandations de l’Académie de Médecine ou de celles des signataires de la tribune publiée le 8 janvier.

Informations complémetaires non disponibles

Source : ©Vidal 2019