L'actualité de la santé

Toutes les actualités de la santé en un click

Vaccin Moderna : c’est la même chanson (que le vaccin Pfizer/BioNTech) avec quelques bémols

Auteur : Stéphane KORSIA-MEFFRE
Date de publication : 17/12/2020
Santé Publique

Jamais deux sans trois… Le 15 décembre 2020, Moderna et la FDA (Food and Drug Administration) ont chacun publié un document d’information sur l’étude mRNA-1273-P301, l’essai de phase II/III du vaccin à ARN messager mRNA-1273 contre la COVID-19. Cette étude a inclus 30 418 personnes aux États-Unis, avec une durée de suivi médiane de 50 jours après la 1re injection de vaccin.

Selon ces documents, ce vaccin semble d’une grande efficacité plus de 14 jours après la 2e injection (94,1 % de taux de protection sur l’ensemble des données analysées) pour prévenir les formes symptomatiques légères à modérées de COVID-19 chez les personnes n’ayant jamais été infectées par SARS-CoV-2. L’efficacité apparaît rapidement avec un taux de protection estimé à 80,2 % un mois après la 1re injection.

Cette efficacité semble se maintenir dans divers sous-groupes évalués selon leur âge, sexe, origine ethnique ou leur risque de forme sévère. Les résultats présentés suggèrent une efficacité contre les formes sévères de COVID-19 (efficacité admise par les experts de la FDA, mais mal étayée), mais pas contre les formes asymptomatiques (malgré une suggestion d’efficacité partielle observée entre les 2 injections), ni chez les personnes de plus de 75 ans (effectif trop faible). Les données d’immunogénicité et de protection des personnes souffrant de comorbidités (à l’exception de l’obésité) sont moins convaincantes que pour le vaccin Pfizer/BioNTech.

Le profil de toxicité à court terme est rassurant, avec essentiellement des réactions habituellement observées après une vaccination, assez fréquentes, plus intenses chez les personnes de moins de 65 ans et après la 2e injection : fatigue, maux de tête, courbatures, frissons, douleurs articulaires, fièvre, etc.

Si ces résultats sont globalement encourageants, de nombreuses questions persistent, tant sur la durée de l’immunité conférée que sur la transmission du virus par les personnes vaccinées (suggérée dans un addendum), ou que sur la toxicité à long terme. Si les données présentées semblent justifier une mise à disposition en urgence de ce vaccin, des études complémentaires seront rapidement nécessaires, ainsi qu’un dispositif de vaccinovigilance pour compenser la faible durée de suivi de l’étude mRNA-1273-P301 (fin novembre 2020, elle atteignait 9 semaines après la 1re injection).

Informations complémetaires non disponibles

Source : ©Vidal 2019